Au fil de nombreuses années de formations, de rencontres et de voyages, Marina Chifflet développe une danse plurielle, de l’Egypte aux Balkans, en passant par la transe tourbillonante des Derviches de Turquie. Son répertoire lui permet de s’adapter à des styles musicaux très variés: Égypte, Turquie, Grèce, Balkans, Maghreb, Andalousie. Unir sans trahir ses danses multiples, leurs musiques, leurs cultures, requiert respect et authenticité, tout en prenant certaines libertés avec la tradition. Marquée par la lecture des « Identités meurtrières » d’Amin Maalouf, elle recherche, dans la danse cette pluralité.

danses orientales

Marina découvre la danse orientale égyptienne à Marseille en 1995. Après des années de cours de danse, un voyage pour formation à Arles lors du festival des Suds, et la rencontre avec la danseuse libanaise May Kazan, lui font découvrir enfin une approche différente pour une danse orientale plus profonde et contemporaine. Elle continue à se former auprès de May Kazan, Alexia Martin avec qui elle approfondit le saïdi et l'art du tahtib, ainsi que Saadia Souyah et Nuría Rovira Salat avec qui elle étudie les danses du Maghreb.

En 2006, elle danse sur scène avec Sofiane Saïdi lors du Art'Rock Festival.

C'est en 2008 qu'elle fonde, au Pays Basque, le Collectif Zambra où elle enseigne les danses orientales et tziganes depuis. Le collectif s'agrandit peu à peu en acueillant de nouveaux intervenants et devient collectif d'artistes. En 2009, c'est grâce à une formation avec Ziya Azazi qu'elle commence à explorer le tournoiement d'inspiration soufie. En 2016, elle crée le spectacle de danses égyptiennes "Jaoula, carnet d'Égypte" qu'elle danse en duo avec Alexandra B. (Biarritz), et collabore également avec le percussioniste Fabrice Le Troquer (Bayonne). En 2019, elle collabore sur scène avec le groupe bayonnais Boujalal, et le groupe bordelais Rosana Band. En 2019, elle co-fonde AlmaDía, une formation musiques et danses du répertoire arabo-andalou, qui naît de sa rencontre avec le guitariste et percusionniste Flamenco Rucho.

Danses tsiganes

Bientôt, une nouvelle dimension, celle des danses tsiganes, vient s'ajouter à son répertoire. En 2004, elle commence à s'intéresser à la danse Rrom Turque et celle des Ghawazee d'Égypte. Elle suit ensuite plusieurs stages de danses tsiganes avec Hadia, Melisdjane Sezer, Nuría Rovira Salat, Simona Jovic, avec qui elle approfondit le Rrom Turque et le Ghawazee, ainsi que le Manele oriental des Balkans, et apprend la danse Kalbeliya du Rajasthan.

En 2016, "Nomadak Orkestar", une formation musique et danse au répertoire tsigane voit le jour sous son impulsion et la rencontre avec l'altiste Yann Seyrac. En 2017, elle danse sur la scène de Welcome in Tziganie pour la 10ème édition, avec le prestigieux Ekrem Mamutovic Orkestar venant de Serbie. En 2017, elle commence une formation en danse tsigane de Hongrie, et également de Russie avec le grand Petia Iourtchenko. En 2019, une nouvelle création voit le jour, "Le coeur de Levna" conte tsigane dansé, en collaboration avec la conteuse Sylvaine Terpereau.

calligraphie arabe

En 2011, elle s'initie à la calligraphie arabe avec le maitre Abdou Amri Zahri, tout en suivant des cours d'écriture arabe avec son amie Malika Hacala. Elle continue à pratiquer cet art de manière autodidacte et par des formations ponctuelles avec Abdou.

En 2019, des ateliers d'initiation à la calligraphie Arabe voient le jour grâce à l'impulsion et au réseau émergeant de la Semaine de la Diversité à bayonne, en collaboration avec Euskal Babel.

 
Ce site est propulsé par Viaduc